Différence entre IMO et EMDR

Comparaison entre l’EMI (Eye Movement Integration, en français intégration par les mouvements oculaires) et l’EMDR

Bien que l’intégration par les mouvements oculaires présente de nombreuses similitudes avec l’EMDR, une autre thérapie par mouvement oculaire, il existe de nombreuses caractéristiques significatives de chaque approche thérapeutique qui distinguent les deux. Ces deux techniques neuro-thérapeutiques partagent certaines similitudes dans l’usage de l’exposition imaginaire titrée, les mouvements oculaires et l’attention aux manifestations multi-sensorielles de la détresse.

Cependant, la nature des mouvements oculaires est tout à fait distincte dans chaque cas. L’EMDR utilise des saccades latérales identiques aux mouvements oculaires rapides, tandis que dans l’IMO, la poursuite visuelle continue dans plusieurs directions et modèles est une partie essentielle de la thérapie.

En EMDR, les mouvements oculaires sont réalisés le plus rapidement possible, dans les limites de tolérance du client, tandis qu’en EMI, la portée et la vitesse des mouvements sont généralement beaucoup plus lentes et se font au rythme souhaité par le client. Une autre distinction est que l’intégration par les mouvements oculaires utilise de nombreux modèles de mouvement oculaire, dans diverses directions, alors que l’EMDR préserve habituellement le même modèle (ou segment) jusqu’à ce qu’aucun changement ne soit observé dans les réponses du client.

Ce n’est qu’alors que le thérapeute peut utiliser un segment dans une autre direction. En intégration par les mouvements oculaires, les mouvements suivent la vitesse choisie par le client, tandis qu’en EMDR, ils sont effectués le plus rapidement possible, dans la plage de confort du client. Il y a également quelques différences dans le protocole pendant et entre les segments, comme l’accent mis sur la restructuration cognitive consciente dans l’EMDR, tandis que l’intégration par les mouvements oculaires repose sur l’intégration multi-sensorielle facilitée, pour obtenir un effet identique.

Des différences sur le plan applicatif

La prémisse sous-jacente à l’usage de chaque type de mouvement oculaire est aussi très différente dans les deux thérapies. Dans l’intégration par les mouvements oculaires, l’application de la présupposition de la PNL (programmation neurolinguistique) selon laquelle la représentation intérieure de l’expérience d’une personne peut être cartographiée et accessible par le mouvement des yeux, permet parfois au client et au thérapeute d’identifier des quadrants spécifiques au champ visuel qui permettent au client d’entrer en contact soit avec un état très riche en ressources, soit avec une expérience intense au traumatisme.

Bien que ce ne soit pas toujours le cas, lorsque cela se produit, le thérapeute est en mesure de guider alternativement le regard du patient dans les quadrants spécifiques qui doivent être reliés afin d’intégrer le matériel traumatique. Dans l’EMDR, il n’y a pas d’indication d’un lien entre la portée et la direction des mouvements oculaires et la nature du matériau traité.

Les similitudes entre les deux techniques

Pour ce qui est des similitudes, les deux approches mettent l’accent sur une bonne évaluation du client et du traumatisme avant de commencer le traitement. L’autre similitude est leur capacité à récupérer pleinement, dans toutes les dimensions, l’intensité de la mémoire. En effet, le thérapeute est souvent aussi surpris que le client par les manifestations physiques des perturbations multi-sensorielles relatives à une mémoire traumatisante, qui sont libérées par les méthodes par mouvements oculaires.

Comparées à la majorité des approches psychothérapeutiques, les techniques par mouvement oculaire n’accordent pas autant d’importance aux aspects cognitifs du traumatisme, qui sont parfois responsables de la limitation des réactions autrement écrasantes, bien que, comme susmentionné, l’EMDR comporte un élément explicite de restructuration cognitive consciente.

Cependant, cet aspect rationnel et auto-protecteur peut également être responsable du ralentissement du processus d’intégration de la mémoire d’un traumatisme, ou des manifestations persistantes qui peuvent rester enfermées dans le corps.

L’intégration par les mouvements oculaires, tout comme l’EMDR fonctionne au niveau des traces neuronales contenant le matériel pathogène. Être prêt à faire face à tout ce que cela implique ne crée pas de fortes réactions, mais cela nous permet de rendre l’expérience aussi lisse et utile que possible. Les mouvements utilisés dans l’intégration par les mouvements oculaires stimulent clairement l’usage des systèmes de la poursuite visuelle continue, tandis que les ceux utilisés dans l’EMDR sont décrits comme des saccades.

En dépit des aspects distinctifs supplémentaires importants, les similitudes entre les deux procédés et les résultats obtenus peuvent indiquer que les techniques de mouvement oculaire représentent une approche efficace pour intégrer les souvenirs traumatiques d’une manière écologique.

En somme, bien que ces deux techniques se ressemblent, elles présentent tout de même des différences importantes. On observe par exemple des différences sur le plan des segments réalisés, de la nature des mouvements oculaires sollicités et de l’application. La technique d’intégration par les mouvements oculaires est beaucoup plus souple et offre une plus grande latitude aux patients et aux thérapeutes.

Si vous souhaitez devenir praticien EMDR et améliorer le quotidien de vos patients, Intuitive Process vous propose une formation en EMDR certifiante.

Liste des formations en EMDR
2018-09-11T10:48:04+00:00